La FCCQ et la CCBE présentent ses attentes pour le plan de déconfinement

Articles - Image d'intro

    La FCCQ et la CCBE présentent leurs attentes pour le plan de déconfinement

 

Montréal, le 18 mai 2021 – La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) et la Chambre de commerce Bellechasse-Etchemins (CCBE) présentent leurs attentes pour le plan de déconfinement à être dévoilé par le premier ministre du Québec, François Legault, cet après-midi. Pour la FCCQ et la CCBE, le succès de la campagne de vaccination nous permet d’espérer une réouverture rapide de pans entiers de notre économie. Les secteurs de la restauration et celui des évènements culturels et touristiques, notamment, doivent obtenir un plan avec des dates précises pour leur permettre d’effectuer les embauches nécessaires pour la période estivale.

« Nos restaurateurs attendent depuis le mois de septembre de pouvoir rouvrir leurs salles à manger. Le premier ministre a rendez-vous avec eux ce soir qui vont surveiller de près le plan de déconfinement. On peut dire sans se tromper qu’ils font partie des entrepreneurs qui ont le plus souffert depuis le début de la pandémie. L’an dernier, ils ont investi massivement pour pouvoir opérer de façon sécuritaire et nous sommes convaincus qu’en appliquant certaines règles sanitaires, ils pourront le faire à nouveau. En ce sens, nous souhaitons également voir les terrasses rouvrir dès le 1er juin », a déclaré Charles Milliard, président-directeur général de la FCCQ.

« Dans le cadre de son plan de déconfinement, le gouvernement du Québec devrait privilégier un calendrier de réouverture précis pour le secteur de la restauration, l’industrie culturelle et touristique. Les acteurs du milieu ont été les premiers impactés par les mesures sanitaires en vigueur depuis plus d’un an. À présent, nous devons faire tout ce qui est en notre possible pour leur assurer une reprise sereine et durable de leurs activités », a ajouté Jean Deblois, directeur général de la Chambre de commerce Bellechasse-Etchemins

Tests rapides et preuve vaccinale

L’élément clé qui permet aujourd’hui de planifier le déconfinement est le déploiement de la campagne de vaccination. Il faut non seulement continuer à encourager la population à se faire vacciner en grand nombre, mais également insister davantage sur l’importance des tests de dépistage rapides en entreprise ou même à faire à la maison. La FCCQ et la CCBE croient notamment que le gouvernement aurait intérêt à déployer une campagne de publicité encourageant le déploiement de tests rapides.

L’autre outil qui nous permettrait d’accélérer un retour à la normale est l’instauration d’une preuve vaccinale. D’ailleurs, dans un sondage effectué la semaine dernière auprès de ses membres, la FCCQ constate que 78 % des répondants sont favorables ou très favorables à l’instauration d’une preuve vaccinale, pour fréquenter des établissements actuellement fermés. Lorsqu’il est question du passeport vaccinal pour les déplacements à l’international, le chiffre grimpe à 87% selon le même sondage.

Pour la FCCQ et la CCBE, il est important de viser la première dose pour l’instauration d’une preuve vaccinale avec un code QR qui permettrait de participer à certaines activités spécifiques, comme les salles de spectacles et festivals, pour ne nommer que celles-ci. Rappelons que l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) reconnait que les vaccins sont efficaces après la première dose et que la majeure partie de la population ne recevra pas de deuxième dose avant l’automne.

« Nous avons ici la technologie pour mettre en place un outil qui est utilisé et qui a fait ses preuves ailleurs. En Europe, en Israël et dans l’état de New York, notamment, on utilise efficacement la preuve vaccinale. Il n’est pas question d'imposer quoi que ce soit à personne, mais seulement de mettre en place les outils disponibles pour permettre à nos entrepreneurs de reprendre leurs activités au plus vite », a conclu Charles Milliard.

Le sondage de l’Observatoire FCCQ sur la preuve vaccinale et le passeport vaccinal peut être consulté ici.

À propos de la Chambre de commerce Bellechasse-Etchemins (CCBE)

La Chambre de commerce Bellechasse-Etchemins est un organisme à but non lucratif intervenant auprès des gens d’affaires et permettant à ses membres de profiter d’une expertise et d’un service adaptés à leurs besoins, en plus de les conseiller et de les appuyer dans le développement de partenariat d’affaires. La Chambre propose de plus à ses membres diverses sessions de formations ou de conférences et offre également des activités de réseautage permettant de développer des relations d’affaires de qualité. À ce jour, la Chambre compte près de 300 entreprises membres.

 

-30-

         

Retour à la liste des actualités